Interstellar : Nolan is back

film interstellar

Depuis Memento j’aime le cinéma de Christopher Nolan. Je l’ai encore plus aimé avec Dark Knight et Inception. C’est pourquoi je l’ai détesté à la sortie de Batman Rises. Il y avait tellement d’attentes, tellement d’enjeux pour ne pas décevoir après ce second Batman, que la chute fut terrible et replaça le réalisateur au rang d’être humain capable de craquer sous la pression et de sortir un mauvais film. Je pense que c’est grâce à celui-ci qu’il a su éviter les mêmes erreurs avec Interstellar.

Interstellar est plus sensorielle et revient à un Dark Knight, où comme celui-ci quelques scènes majeurs resteront dans les têtes un bon moment après la sortie de la salle tellement la tension est palpable durant ces séquences.
Durant ces séquences de forte tension, j’ai ressenti la même émotion que lors de la scène du soleil dans Sunshine. La musique de Hans Zimmer qui fait monter progressivement la tension à un point tel que l’on est crispé sur son siège, se demandant quand est-ce que ça va finir pour pouvoir reprendre son souffle. Au 3/4 du film, après le point culminant d’une de ces séquences la tension diminue mais reste toujours là avec l’arriver de d’autres éléments maintenant la pression. Ce qui fait que vers la fin, la mise en haleine est pressente durant une très grosse partie sans rien lâcher.
Ces séquences marchent également grâce à la musique de Hans Zimmer comme je l’ai dit avant. Contrairement à Batman Rises où elle en devenait ridicule tellement elle était présente et ne servait pas à grand chose car les moments épiques ne fonctionnaient pas pour la plupart. Là elle marche car distillé juste ce qu’il faut et sachant carrément se taire dans le silence glacial de l’espace, pour se réveiller et sublimer les moments de tension que j’ai mentionné avant. Je pense que c’est un des points que Nolan à corriger grâce aux erreurs de Batman Rises.

Le film n’a pas que des qualités. L’élément mystérieux distillé au début est assez prévisible et beaucoup trop expliqué sur la fin. Pourtant quand le film fourmille de termes et de théories scientifiques qui pourraient larguer pas mal de personnes en chemin, il arrive à fournir des explications assez clair et rapide pour que ce soit compréhensible de suite sans y passer des plombes dessus. Donc c’est dommage d’avoir légèrement sacrifié du rythme sur la fin pour expliquer le mystère que l’on avait vu venir depuis un moment.
Pour pinailler, je dirais aussi que visuellement c’est superbe, mais que ça manque de vu de l’espace. On a souvent une caméra collé à la coque du vaisseau et peu souvent de plan large sur l’espace, comme on peut en trouver dans Sunshine ou Gravity.

Niveau acteurs rien à dire, pas de Marion Cotillard à l’horizon. J’avais un peu peur en voyant arriver Anne Hathaway mais au final elle est bien. Depuis True Detective (même si avant je l’aimais déjà bien) je suis en admiration devant Matthew McConaughey et ici encore il est génial.
Durant plusieurs scènes les acteurs arrivent à amener une forte émotion et ça même devant un simple écran de communication. Ils arrivent parfaitement à montrer à quel point les enjeux sont cruciaux et cornéliens. Que ce soit pour le reste de l’humanité ou simplement leur famille.

En conclusion, allez voir ce film. C’est le retour du grand Christopher Nolan pour ceux comme moi qui avaient adoré ses anciennes réalisations et détesté Batman Rises.

Publicités

Une réponse à “Interstellar : Nolan is back

  1. shiorimade novembre 8, 2014 à 18:52

    J’en sors et c’était vraiment bien. Le dernier quart (?) du film n’est pas trop à mon goût, mais cela ne trahit pas non plus l’ensemble du film qui est cohérent.
    J’ai trouvé les alternances musique/silence de l’espace bien menées. Je n’avais pas vu qu’un acteur connu était au cast sans avoir été mis en avant, donc surprise de le voir apparaître à un moment ^^.
    Il y a un aspect viscéral et émotionnel présent, je trouve et on s’identifie bien aux personnages (scènes des messages).

    Pour les autres faiblesses, c’est vrai que j’ai compris l »élément mystérieux » assez vite, mais difficile de faire de l’original. Pour les scènes dans l’espace, ça m’a aussi beaucoup rappelé Sunshine. 🙂

    Enfin, même si des parties ne m’ont pas plues, j’ai aimé l’ensemble bien cohérent, du cheminement de la Terre désolée (j’aime bien quand on explique pas pourquoi) et le quotidien des personnages vers le voyage dans l’espace.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s